Tsibeleh Tsibeleh

Une création du Choeur Ouvert sur une idée de Yves Cerf
autour des traditions musicales yiddish et judéo-espagnoles

Grand Café de la Parfumerie
du 1er au 5 novembre 2017 à 20h (dim. à 17h)

réservations : choeur.ouvert@gmail.com
www.laparfumerie.ch / 7, ch. de la Gravière, Acacias, Genève

Direction, mise en scène et chant

Michele Millner

Compositions et arrrangements

Yves Cerf, Maël Godinat et Emmanuelle Nkowane

Musiciens

Maël Godinat, piano – Sylvain Fournier, batterie – Emmanuelle Nkowane,
Yves Cerf et Aina Rakotobe, saxophones

Lumières et technique

Daniel Gomez

Chanteuses et chanteurs

Alice Kelly, Betina Cortese, Charles Nietlispach, Christine Meyerhans, Consuelo Tapia, Corinne,Vidon, Denise Gautier, Derik Schupbach, Françoise Gabriel, Iris Tavelli, Isabelle Guye, Isabelle Hochstrasser, Jaky Roland, Janine Moser, Joanna Delabays, Jules Bovard, Maud Brulhart, Martha Gordillo, Martine Cobos, Noé Forissier, Philippe Rohner, Roland Pasquier, Souad von Allmen, Yamama Naciri, Baptiste Paracchini, Sarah Kasme, Naïma Arlaud

Résumé

« Avec la musique on a la chance d’avoir plein de familles, de tribus, d’amitiés… et le
Choeur Ouvert est une de mes familles.
Une famille sicilienne, inuit, quechua et surréaliste…
Dans mon enfance, la famille c’était mes oncles d’Alsace qui venaient manger chez
nous chaque fin de semaine, l’obligation de finir les tomates que je détestais, les
discussions d’adultes dans un mélange de français et de yiddish alsacien, les rires,
le vin (je n’en buvais pas encore !) et peu à peu une rébellion qui m’a mené à oublier
tout cela.
Mais la musique m’a fait redécouvrir un peu de ces racines, de ces traces de culture
juive alsacienne, une manière de garder vivant le souvenir des miens.
Il existe beaucoup de belles choses en judéo-espagnol et en yiddish « oriental » mais
le yiddish alsacien, lui, s’est perdu (après la génération de mes parents qui le
parlaient encore un peu, on ne le pratique presque plus) et il est assez difficile de
trouver des poèmes par exemple. Mais je creuse car cette langue est très imagée,
sonore et drôle. Et je la comprends, cadeau posthume des oncles Georges, Lucien,
Jacques, Fernand et Henri vendeurs de bétail alsaciens immigrés en Suisse. J’en ai
encore le goût grâce au Gugelhopf de mes tantes Yvonne et Hedwige et tout ceci
reste vivant en moi grâce à mes parents, Hilde et Nénand.
Musiques yiddish et judéo-espagnoles… ces deux courants musicaux sont issus de
mélanges comme je les aime et continuent à être malaxés comme une bonne argile
par de nombreux musiciens de tous horizons.
C’est ainsi que nous avons créé un répertoire original à la croisée du jazz et des
musiques populaires, un répertoire qui met les voix à l’honneur tout en laissant une
grande place aux instrumentistes et à l’improvisation. » Yves Cerf