Critique – Le Temps “Patrick Mohr, la grande traversée” – 6.05.2015

Photo de Daniel Gomez

Patrick Mohr (@Daniel Gomez)

Par Marie-Pierre Genecand

A la Parfumerie, à Genève, Patrick Mohr reprend «Je suis un saumon», solo de Philippe Avron. La version du Genevois est musicale et métissée

Patrick Mohr, son enthousiasme, sa candeur, son amour de l’ailleurs. L’an dernier, le fondateur du Théâtre Spirale, compagnie genevoise qui élargit ses horizons depuis 1990, a mis ces trois qualités au service d’un magnifique projet: monter à la sauce cubaine Les Larmes des hommes, un texte du Mozambicain Mia Couto qui invite les mâles à reconnaître leur féminité. Salves de guitare, jeu masqué, danses secouées, ce spectacle était une vraie fête des sens et du sens (LT du 21.03.2014).

Cette année, l’homme de théâtre choisit la voie solitaire pour parler de l’humanité. Il reprend Je suis un saumon , monologue mythique du regretté Philippe Avron et cette parole initiatique où l’homme, comme le poisson, remonte à son enfance pour aimer, se teinte de ses élans musicaux et métissés.

Bien sûr, il est impossible d’oublier Philippe Avron dans ce solo. Phrasé délicat, corps alerte de lutin aux aguets, regard plus que futé: le comédien français décédé en 2010 mettait dans ce récit des origines qu’il a créé en 1998 une telle vivacité et une telle intelligence que nager avec lui relevait du bain de jouvence. Enchanteur, ce spectacle a reçu le Molière du meilleur monologue.

Avec Patrick Mohr, le voyage est moins ciselé, plus brouillon, moins aérien, plus proche du tourbillon. Mais on ne se noie pas pour autant. On se perd parfois dans ce récit que le Genevois livre les pieds dans l’eau, mais on ressort charmé par la générosité de ce conteur qui voit loin. Déjà, en ouverture et conclusion, il inclut un enfant et un acteur plus âgé dans cette quête de la vérité. Ces deux présences muettes, corps tatoués et ondoyants, évoquent avec pertinence la transmission si chère au saumon. Surtout, Patrick Mohr associe trois musiciens à cette odyssée et leurs contributions – à la flûte, contrebasse, accordéon, coquillage, guitare ou percussions – amènent du mouvement, des couleurs à la partition.

Pour raconter quoi? Le récit, épique, de cinq saumons de l’Allier – saumons de l’Allier saumons altiers – qui accomplissent leur grand voyage jusqu’à l’océan et reviennent pour frayer en eau douce et mourir après avoir laissé des héritiers. De temps en temps, Philippe Avron se souvient qu’il a étudié chez Jacques Lecoq et truffe son monologue de parenthèses pédagogiques hilarantes. Mais l’essentiel tourne autour de nos cinq héros: Saumon Saumon, le narrateur; Pierrot le titi parisien; Dulcinée, la truite saumonée; Internet, le saumon connecté et Soufi, le saumon pakistanais, qui amène avec lui toute la sagesse de l’Orient.

C’est drôle et c’est piquant. Livré très en mouvement par ce fils adoptif de l’Afrique. Parfois, les murs se couvrent de vagues, beaux effets d’eau, et l’océan engloutit le plateau. Parfois, les musiciens entrent dans la danse, valse musette en l’occurrence, et le solo gagne en fraternité. La Spirale, selon Patrick Mohr, est résolument ascendante.

 

Critique – Tribune de Genève – 24.04.2015

Tribune de Genève, critique du 24.04.2015

“Patrick Mohr remonte le courant à La Parfumerie” / RTS / Vertigo

Théâtre de La Parfumerie – Genève
Du 21 avril au 10 mai 2015
19h30 (mardi au samedi) – 17h (dimanche)
Rés. 022 341 21 21 /

Je suis un saumon
de Philippe Avron

Conception et jeu : Patrick Mohr
Musiciens : Denis Favrichon, Tanjia Müller, Aurélien Gattegno
Conseiller mouvement : József Trefeli
Direction d’acteur : Yvan Rihs
Lumière : Aurélien Gattegno
Scénographie : Jean-Louis Perrot
Costumes : Eléonore Cassaigneau
Mapping : Gabriel Bonnefoy
Enfants “saumon” : Arsène Landerberg, Esteban Gisler, Emilio

 

Emission VERTIGO / RTS La 1ère animée par Pierre Philippe Cadert – 15.04.15 :

 

Pour poursuivre son travail à la frontière des arts du récit, du théâtre, de la musique et du mouvement, Patrick Mohr se lance le défi de se réapproprier librement ce merveilleux texte de Philippe Avron, accompagné par trois musiciens polyinstrumentistes (contrebasse, guitare, flûtes, hang, violoncelle, basse, accordéon, percussions…) :
Denis Favrichon, Tanjia Müller et Aurélien Gattegno.
Patrick Mohr danse sur le fil des mots dans le sillage de son illustre prédécesseur, et nous conte avec un humour savoureux et une infinie tendresse la vie des salmonidés.